Et si elle était gauchère

Et si elle était gauchère

Gaucher ou droitier, à vrai dire, peu importe : il n’y a pas de mauvais ou de bon côté. L’essentiel est que votre enfant ait fermement choisi le sien vers 5 ans.

Voilà déjà plusieurs mois que votre tout-petit tient sa cuillère de la main gauche, shoote dans un ballon du pied gauche. Et s’il regarde dans le trou d’un rouleau de papier en guise de longue vue, c’est l’œil gauche qui a sa préférence. Auriez-vous un petit gaucher?

Quelques indications
Dans toutes les activités motrices qu’il entreprend, votre enfant engage systématiquement en premier le côté gauche de son corps (main, pied, œil). Après avoir testé alternativement les deux côtés depuis sa naissance pour trouver celui avec lequel il était le plus à l’aise et le plus adroit, il en a élu un, désormais dominant. Votre enfant semble d’ores et déjà bien « latéralisé », il sera probablement gaucher.

Chez d’autres enfants en revanche, ce processus de latéralisation sera beaucoup plus long et ne s’installera que vers 5 ou 6 ans. Jusqu’à cet âge-là, difficile de savoir s’il sera gaucher ou pas. A 5 ans en revanche, il est capable de tracer un trait vertical : il prend conscience qu’on peut séparer l’espace en deux, qu’il existe une partie gauche et une partie droite. Une acquisition qui l’aide à se décider une bonne fois pour toutes pour un côté ou l’autre.

C’est le cerveau qui décide
En fait, parler de « choix » est un peu abusif. Cette dominance est avant tout neurologique et inscrite dans le fonctionnement du cerveau. Chez les droitiers, c’est la moitié gauche du cerveau qui prédomine. Chez les gauchers, c’est un peu plus compliqué : il semblerait qu’il n’y ait pas d’hémisphère cérébral dominant et que les deux soient sollicités à égalité.

Conclusion : vous n’y pouvez pas grand-chose, c’est le cerveau qui décide ! Jusqu’à 5 ans, inutile donc d’intervenir. Il suffit de laisser à votre enfant le libre choix de sa main. Par exemple en posant la cuillère sur l’assiette et bien au milieu, le crayon au milieu de la feuille, etc. A lui de faire tranquillement ses essais !

L’heure du choix
En revanche, il est primordial que vers 5 ans – en tout cas avant l’entrée au CP – votre tout-petit ait fermement identifié le côté qui lui convient le mieux. Faute d’être bien latéralisé, il pourra rencontrer toute une série de difficultés. Il aura sans doute des problèmes d’orientation dans l’espace, peut-être aussi de maladresse.

Le plus ennuyeux concernera l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Comment s’orienter sur une feuille ou une page quand on ne se repère pas dans son corps ni dans l’espace ? Le petit élève ni gaucher ni droitier, ne sait pas vraiment où commence et finit une ligne, dans quel sens écrire sur son cahier.

Difficile dans ces conditions d’aborder un CP. Les raisons qui ont gêné la bonne installation de la latéralisation peuvent être très variées. Un enfant qui vit dans un monde où il ne côtoie exclusivement que des droitiers peut avoir tendance à les imiter, même s’il est lui-même gaucher neurologique. Peut-être aussi l’a-t-on contrarié et empêché d’exercer librement sa motricité ou tout au moins largement influencé…

Le coup de pouce
Allez voir un spécialiste. Si votre enfant de 5 ans continue de passer d’une main à l’autre pour dessiner ou manger, il a besoin d’un petit coup de pouce pour se décider ! Le mieux est de prendre rendez-vous avec un psychomotricien, afin de faire réaliser un bilan moteur.

Grâce à des tests très précis, ce spécialiste pourra vous indiquer le côté dominant chez votre enfant. Une rééducation pourra alors être envisagée. Aidez-le. A la maison, vous pouvez aussi encourager votre tout-petit à privilégier le côté diagnostiqué par le psychomotricien.

S’il a été repéré comme gaucher, tendez-lui les objets afin qu’il les saisisse de préférence de la main gauche. Inventez des jeux de ballon où la règle sera de ne se servir que du pied gauche. Ou encore des « Jacques a dit » qui auront pour objectif de l’aider à bien distinguer la partie gauche de son corps et la partie droite : « Jacques a dit : lève la main gauche, shoote avec le pied droit… »

Article rédigé par Isabelle Gravillon avec Christiane Pesci, psychomotricienne en crèche et centre de PMI.

Fonte http://www.enfant-magazine.com/education/index.jsp?docId=1510329&soustheme=30670

Visitado em 09/06/07

 

Deixe um comentário

avatar
  Subscribe  
Notify of