Gaucher, une galère pour écrire ?

J’entends souvent les mamans d’enfant gaucher me dire que leur enfant écrit mal parce qu’il est gaucher… Mais la latéralisation à gauche est-elle vraiment un handicap pour l’apprentissage de l’écriture cursive ? Quelles sont les spécificités du gaucher par rapport au droitier ? Comment et pourquoi devient -on gaucher ? A quel moment choisissons-nous la main dite scriptrice ? Comment être certain que son enfant est gaucher ?

Les spécificités du gauchers par rapport au droitier

Le gaucher pousse son stylo au lieu de le tirer. Cette action est moins aisée, ce qui peut perturber le bon déroulement cursif et entrainer un mauvaise sens de rotation des lettres.

70 % des enfants gauchers adoptent la position du poignet tordu au-dessus de la ligne d’écriture.

La principale raison de cette position est l’absence de recommandations dès le début de l’apprentissage de l’écriture. L’ignorance des méthodes et de la nécessité de tourner la feuille de l’enfant gaucher favorisent largement cette position dite «en col de cygne». Or un apprentissage spécifique et précoce éviterait ce problème.

Par ailleurs, cette position peut entrainer des douleurs au poignet, mais également dans l’avant bras du fait de la mise sous tension de certains muscles.

Qu’il soit droitier ou gaucher, l’enfant doit apprendre à tenir son crayon sans crisper la main (en utilisant la pince du pouce et de l’index et le support du majeur), à disposer la surface qu’il utilise dans le prolongement de l’avant-bras (correctement placé) tout en adoptant une posture adéquate.

L’application de ces recommandations permettra à l’élève gaucher d’apprendre à écrire sans autres difficultés que celles propres à tout apprenant qu’il soit gaucher ou droitier et sans éprouver la nécessité de tourner le poignet pour passer au-dessus de la ligne d’écriture.

Comment et pourquoi devient-on gaucher ?

Environ 1 enfant sur 10 est gaucher. Ce nombre est en augmentation constante depuis 40 ans… Le fait de ne plus contrarier ces enfants gauchers est la raison principale de cette augmentation. Mais le fait d’avoir un parent gaucher augmenterait les probabilités de devenir gaucher pour un enfant.

En effet, d’après les données de McManus et Bryden, deux parents droitiers ont environ 8% de chances d’avoir un enfant gaucher ; cette proportion s’élève à 20% lorsque l’un des parent est droitier et l’autre gaucher ; et enfin lorsque les deux parents sont gauchers, ils ont 26,1% de chances d’avoir un enfant gaucher. Cependant, les facteurs génétiques ne sont pas les seuls à entrer dans la détermination latérale. Il faut lier à cela les facteurs environnementaux ainsi que l’apprentissage.

Du côté du cerveau…

Une habilité plus affirmée de la moitié gauche du corps (oeil, pied, main) trouve son explication dans le cerveau. Celui-ci se divise en 2 hémisphères : le gauche et le droit.

Un contact direct s’établit pour chacun de nous, soit avec l’hémisphère droit (si l’on est gaucher) soit avec l’hémisphère gauche (si l’on est droitier).

Or comme vous pouvez le constater sur le schéma des hémisphères cérébraux, le lobe consacré aux mouvements de l’écriture se situe dans l’hémisphère gauche… Donc en lien direct avec la main droite.

Cependant, lorsqu’on compare l’anatomie d’un cerveau de gaucher prédominant avec celui d’un cerveau de droitier prédominant, on constate comme principale différence un volume accru du corps calleux chez les gauchers. Le corps calleux est la partie qui fait le pont entre les deux hémisphères cérébraux. Dans le corps calleux passent toutes les connections interhémisphériques. La densité des échanges est donc plus importante chez les gauchers que chez les droitiers.

Par ailleurs, des études montrent que le cerveau des droitiers est beaucoup plus standardisé que le cerveau des gauchers, notamment pour la localisation des fonctions. La parole, par exemple se situe dans l’hémisphère droit pour le gaucher, et dans l’hémisphère gauche pour le droitier. Mais en cas de lésion de l’hémisphère dominant, on remarque que les gauchers récupèrent plus vite et mieux que les droitiers. La raison première serait que la fonction «parole» ne serait pas autant localisée chez un gaucher que chez un droitier : celle-ci serait davantage répartit entre les 2 hémisphères. Il est possible que la fonction «écriture» suive ce même précédé de répartition plus égalitaire entre les 2 hémisphères pour un gaucher.

A quel âge choisissons-nous notre main scriptrice ?

Il est communément admis qu’un enfant qui entre en Cours Préparatoire est latéralisé…. C’est une erreur, car à 6 ans, encore 30 % des enfants n’ont pas choisi leur main scriptrice. Lorsque l’enfant hésite, il ne faut pas le «pousser» à l’utilisation de l’une ou l’autre des mains (souvent, la droite) . Laissez votre enfant choisir sa main sans l’influencer, et si besoin, consultez pour l’aider à déterminer sa latéralité.

Peut-on en changer facilement ?

Il est communément admis que le cerveau est une structure souple, qui s’adapte au changement. En cas de lésion cérébrale importante chez un enfant jeune ou très jeune, le cerveau va recréer la fonction sur l’hémisphère non lésé. Ainsi un enfant initialement droitier va devenir gaucher en cas de lésion de son hémisphère dominant.

Lorsque la mains scriptrice n’est pas celle qui convient à l’enfant, il est donc possible de procéder à une re-latéralisation. Vous trouverez un exemple de relatéralisation ici très prochainement.

Peut-on en changer facilement ?

Il est communément admis que le cerveau est une structure souple, qui s’adapte au changement. En cas de lésion cérébrale importante chez un enfant jeune ou très jeune, le cerveau va recréer la fonction sur l’hémisphère non lésé. Ainsi un enfant initialement droitier va devenir gaucher en cas de lésion de son hémisphère dominant.

Lorsque la mains scriptrice n’est pas celle qui convient à l’enfant, il est donc possible de procéder à une re-latéralisation. Vous trouverez un exemple de relatéralisation ici très prochainement.

En cas de doute, consultez ! Une mauvaise latéralisation entrainera inévitablement une dysgraphie…

visité en 29/06/2020

https://www.bougetaplume.fr/gaucher-une-galere-pour-ecrire.php

Comment faciliter l’apprentissage à l’école d’un enfant gaucher ?

Par Claude de Faÿ

Plus d’une personne sur dix est gauchère dans le monde. D’où vient cette inversion ? A quel âge l’enfant choisit-il sa main dominante ? Et les conseils de nos spécialistes pour faciliter l’apprentissage à l’école d’un enfant gaucher.

950 MILLIONS DE GAUCHERS DANS LE MONDE. ET MOI, ET MOI, ET MOI…

A l’échelle de la planète, les gauchers sont légion et représentent 16 % de la population. Le pourcentage est identique dans chaque pays à la naissance… mais il varie ensuite selon la façon dont ils sont acceptés dans la société. Aux Etats-Unis où ils sont « bien vus » (ils ne sont pas « contrariés » et peuvent s’épanouir), il monte à 30 %. C’est clair, le monde appartient aussi aux gauchers, il ne faudrait pas l’oublier !

QUAND UN DES PARENTS EST GAUCHER, VOIRE LES DEUX, LEUR ENFANT LE SERA-T-IL AUSSI ?

Rien ne peut le prédire mais il a plus de chances de l’être aussi… Le Dr Alain Galobardes, fondateur du site www.les-gauchers.com, avance qu’il y a 15 % de probabilité qu’un enfant soit gaucher quand le père ou la mère l’est, 46 % lorsque les deux le sont. La part d’hérédité existe donc mais on n’a pas encore trouvé le gène responsable ! On sait aussi que l’influence hormonale est en partie à l’origine de la latéralisation cérébrale. Un taux élevé de testostérone (l’hormone masculine) incite le cerveau humain à s’organiser de façon asymétrique et favorise le développement de l’hémisphère droit dominant chez le gaucher. Ainsi, sur 10 enfants gauchers, 6 sont des garçons.

ON PEUT ÊTRE GAUCHER DE LA MAIN MAIS PAS DU PIED, ET INVERSEMENT ?

D’après la définition du Petit Larousse, un gaucher est une personne qui se sert ordinairement de la main gauche. Elle est incomplète car il existe deux « genres » de gauchers. Dans le cas du gaucher intégral, la latéralité est totale. La personne est gauchère de la main, du pied, de l’œil ou de l’oreille. Le gaucher partiel, lui, n’a qu’une seule partie du corps latéralisée à gauche – par exemple le pied comme le footballeur Lionel Messi. Les ambidextres, eux, se servent indifféremment de la main droite et de la gauche. D’après le site www.les-gauchers.com, il n’y aurait que 3 % de vrais ambidextres.

Y A-T-IL DES SIGNES AVANT-COUREURS DE GAUCHERIE ?

Ce n’est pas parce qu’un bébé suce son pouce de la main gauche ou prend sa cuillère de la main gauche qu’il sera gaucher, il est beaucoup trop tôt pour le dire. Un tout-petit utilise indifféremment sa droite ou sa gauche, il ne commence à avoir une petite préférence que plus tard, vers 9 mois, quand sa motricité s’affine. Alain Galobardes a remarqué plusieurs indices qui, lorsqu’ils sont rassemblés, semblent indiquer plus de chances (ou de risques, c’est selon) de gaucherie : le bébé suce son pouce gauche (in utero aussi) ; dort préférentiellement du côté gauche ; la spirale dans ses cheveux pousse dans le sens contraire des aiguilles d’une montre ; il saisit un objet de la main gauche, etc. De nombreux parents ont souvent très tôt l’intuition que leur enfant sera gaucher en notant l’accumulation des petits gestes du quotidien.

À QUEL ÂGE LE CHOIX DE LA MAIN DROITE OU GAUCHE SE FAIT-IL ?

La latéralité se met en place progressivement et plus ou moins vite selon les enfants. Chacun évolue à son rythme. En moyenne, elle se fait entre 3 et 6 ans. A l’entrée en maternelle, nombreux sont les enfants qui n’ont pas encore choisi entre leur main gauche et leur main droite. C’est normal si à trois ou quatre ans, l’enfant hésite encore ! Selon une étude réalisée par le site les-gauchers.com sur environ 8 000 enfants, via des enseignants répartis aux quatre coins de la France, il y aurait 12,6 % de gauchers par classe, soit presque 4 élèves sur 30.

POURQUOI NE FAUT-IL PAS CONTRARIER UN GAUCHER ?

Parce que ce serait aller contre l’organisation naturelle de son corps et que cela pourrait provoquer dans certains cas, des troubles psychologiques (bégaiement, pipi au lit…) et des blocages scolaires. Pourquoi aller contre ce qui semble une évidence ? Si votre enfant prend naturellement sa main gauche, c’est qu’il est plus à l’aise avec ! CQFD. Etre gaucher n’est pas une anomalie, c’est un caractère biologique comme les autres. Comme on naît avec les yeux bleus ou marron, blond ou brun, on naît gaucher ou droitier !

AU CP, COMMENT ÇA VA SE PASSER ?

Il n’y a aucune raison que ça se passe mal. Votre enfant apprendra à écrire et lire comme n’importe lequel d’entre eux, pas plus lentement et de la même façon. La clé est qu’il soit accepté dans sa différence et ne soit pas en souffrance. Les enseignants ont maintenant l’obligation de ne pas contrarier les gauchers et faciliter leur apprentissage dès la maternelle. Certes, dans les faits, ce n’est pas toujours vrai. Mais avec de la vigilance, un peu de diplomatie et main dans la main avec l’instituteur(trice), tout se passera bien. En fin d’année de CP, votre enfant devrait avoir fait le choix entre sa main gauche et sa droite. Si ce n’était pas le cas, quelques séances avec un professionnel – orthophoniste, psychomotricien ou graphothérapeute – l’aideront.

IL ENTRE EN MATERNELLE ? LES ASTUCES DE PASCALE CHAVONNET*, GRAPOTHERAPEUTE.

Prévenez l’enseignant Certains d’entre eux sont plus sensibilisés que d’autres à la gaucherie. Discutez avec eux (ont-ils déjà eu des gauchers dans leur classe ? Ont-ils du matériel spécial ? etc.) et voyez leur réaction.

Valorisez votre enfant Certains parents sont inquiets d’avoir un enfant gaucher surtout si celui-ci naît dans une famille de droitiers. Le tout-petit le ressent ce qui ne le met pas d’emblée dans de bonnes dispositions pour apprendre et progresser. Dites-lui qu’il est capable de faire autant de choses qu’un autre élève ! Vous pouvez même ajouter qu’ils ont des atouts supplémentaires dans certains domaines artistiques et sportifs (escrime, etc.)… Citez-lui des gauchers célèbres comme Barack Obama, par exemple.

Laissez-le adopter l’écriture en miroir à la maison s’il en a envie. Dès la maternelle, on apprend aux enfants à tracer des lettres bâton. Pour ne pas casser l’élan de l’écriture et que le plaisir demeure, encouragez-le dans la voie de l’écriture en miroir (écriture de droite à gauche et texte lisible avec un miroir) quand il est avec vous, s’il le désire évidemment. Cela le valorise, cette écriture est « magique » et c’est une de ses spécificités ! En revanche, il serait souhaitable de lui expliquer que pour être lu par tout le monde, il devra apprendre à l’école à tracer ses lettres en partant de la gauche vers la droite comme les droitiers. L’apprentissage se mettra en place progressivement et les résultats dépendront du temps qu’on lui accordera. Quand on va trop vite, le geste risque de se crisper et l’enfant aura des douleurs. « Les gauchers s’adaptent à tout, il suffit de les aider sans avoir trop d’exigences les premières années » assure notre graphothérapeute.

Offrez-lui du matériel pour gaucher (stylos, ciseaux, etc.) si la maîtresse n’a pas le matériel adéquat. Boutiques en ligne : lesgauchers.com ; lamaingauche.com ; fourniscool.com/88-gaucher…

* www.graphotherapeute.fr

Il ENTRE EN CP ? LES ASTUCES DE PASCALE CHAVONNET*, GRAPHOTHERAPEUTE

À chaque rentrée, redites à l’enseignant que votre enfant est gaucher S’il n’est pas sensibilisé à la gaucherie, suggérez-lui de placer le modèle (à écrire, recopier des lettres par exemple) en haut de la feuille ou à droite pour qu’il reste visible quand l’enfant écrit. En effet, la plupart des enfants gauchers, quand ils écrivent de gauche à droite, le font en ouvrant largement le bras gauche qui se décolle du corps. La main se trouve sur la ligne d’écriture au lieu d’être placée dessous comme les droitiers. En faisant ainsi, sa main repasse au fur et à mesure sur la ligne. Il ne voit plus ce qu’il a écrit, perd le fil… 

Demandez à votre enfant de refaire devant vous ce qu’il fait à l’école Le bras doit être légèrement ouvert pour écrire, peu décollé du corps. Montrez-lui comment positionner sa feuille (son cahier) en l’inclinant légèrement à droite – et pas à gauche pour imiter les copains droitiers ! Certains enfants peuvent en être perturbés : dans ce cas, on décale la feuille (le cahier) légèrement vers la gauche. Ainsi, le bras a plus de latitude et l’enfant est moins gêné pour écrire.

Achetez-lui des stylos pas trop fins (larges au niveau du corps) pour éviter la crispation des doigts. Et ceux dont l’encre sèche vite.

Proposez-lui de s’asseoir à gauche de son copain droitier pour éviter de crisper le bras, et qu’ils ne soient tous deux au coude à coude.

Mieux vaut qu’il soit placé au centre de la classe, en face du tableau, voire légèrement sur la gauche. En effet, assis à droite du tableau, la torsion est double et opposée – le corps se tournerait de gauche à droite pour écrire, la tête, elle, de droite à gauche pour lire.

Posez des questions Votre enfant a-t-il mal aux doigts, à la main, au bras, au cou ? Certains enfants n’osent pas le dire à leurs parents… parce qu’ils croient que c’est normal ! Ecrire ne doit pas se faire dans la douleur. Si votre enfant est en souffrance, bloqué, prenez rendez-vous avec un orthophoniste, un graphothérapeute ou un psychomotricien.

* www.graphotherapeute.fr

GAUCHE ET DROITE S’AFFRONTENT !

Droite et gauche se sont toujours opposées, et pas qu’en politique. La preuve, notre langage quotidien. Une personne « droite », c’est quelqu’un d’honnête. Etre le « bras droit » de quelqu’un est prestigieux. On jure de la main droite et, à table, placer une personne à sa droite, c’est lui faire honneur. Alors que « passer l’arme à gauche », c’est mourir, « se lever du pied gauche », être de mauvaise humeur. Et « mettre de l’argent à gauche », c’est le dissimuler… CQFD !

Visitado em 10/04/2020

https://www.magicmaman.com/,gaucher-ecole-apprentissage-ecriture,3300953.asp

Il est gaucher ? Vous avez un rôle à jouer…

“Moi, je fais tout comme Papa !”

Si les deux parents sont gauchers, Bébé a une chance sur deux de l’être également. Un des deux parents est gaucher : une chance sur trois. À l’inverse, seul un enfant gaucher sur dix est issu de parents droitiers… Alors, sont-ce les gènes qui décident ? En partie seulement. Ce dont on est scientifiquement sûr aujourd’hui, c’est que le cerveau, en se développant, accorde un caractère dominant à l’une des deux mains : on “naît” gaucher lorsque l’hémisphère droit du cerveau est dominant et vice versa.

 

Que les parents de gauchers se rassurent : dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’un développement tout à fait naturel et l’enfant gaucher ne sera pas plus maladroit ou moins intelligent qu’un droitier, il ne confondra pas plus que celui-ci la droite et la gauche et pourra même se révéler artiste (comme Léonard de Vinci), musicien d’exception (comme Beethoven ou Paganini) ou sportif émérite (comme Pelé ou John Mac Enroe).

 

Bébé est gaucher

Le gaucher nettement et précocement latéralisé s’adapte rapidement et apprend très tôt à surmonter les difficultés d’un quotidien conçu pour les droitiers. N’hésitez pas à aider votre enfant, par exemple, apprenez-lui à positionner sa feuille de papier avec le coin supérieur gauche positionné plus haut que le coin droit lorsqu’il dessine. Cette habitude l’aidera plus tard lors de l’apprentissage de l’écriture.

 

En fin de compte, seule une latéralisation imparfaite ou contrariée peut éventuellement mettre un frein à son habileté. Et là, n’attendez pas, emmenez votre enfant chez un psychomotricien qui l’aidera à déceler sa véritable main directrice.

 

Méfiez-vous de l’effet miroir !

Pour progresser, Bébé copie littéralement ce que vous faites. Mais souvent, lorsque vous jouez ou que vous lui donnez son repas, vous vous placez face à lui : comme devant un miroir. L’enfant va alors attraper tout naturellement de la main gauche le jouet ou la cuillère que vous lui avez tendus de la main droite. Et sans le vouloir, vous l’avez ainsi incité à devenir… gaucher. Pour ne pas influencer sa latéralisation, pensez donc à vous asseoir régulièrement à côté de lui et non en face.

 

Fonte

Visitado em 07/09/07

Gaucher ou droitier, quelle importance ?

La population compte environ 10% de gauchers. Ni plus, ni moins que par le passé. Diabolisés pendant longtemps, on commence aujourd’hui à admettre leur spécificité, pourtant bien peu conséquente. Cependant, le processus de latéralisation très important dans la vie de l’enfant, est à suivre de près.

 

L’importance de la latéralisation

 

Les petits enfants utilisent indifféremment main gauche et droite. La spécialisation intervient progressivement à partir de trois ans. Elle est avant tout un choix, une manifestation d’autonomie du petit enfant. “La latéralisation est signe que l’enfant se différencie de ses parents”, résume Sylvie Cady, psychanalyste et auteur de l’ouvrage “Latéralité et image du corps chez l’enfant”.

Et surtout, elle permet d’être plus précis, plus adroit dans le geste. L’arrivée à l’école fixe véritablement l’orientation droitière ou gauchère, avec l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Parfois l’instituteur conseillera l’usage de la main droite, si l’enfant hésite. Ce qui peut ne pas correspondre à sa dominante neurologique.

 

Gaucher, un défaut ?

 

Pour les gauchers, le temps de la chasse aux sorcières est révolu. Ils sont des enfants aussi intelligents que les autres. “Le petit gaucher n’est pas particulièrement maladroit, par contre un gaucher contrarié oui : son écriture sera tendue, il pourra avoir des difficultés à se situer dans l’espace”, souligne Sylvie Cady. Acceptée par les parents, l’orientation gauchère n’est pas un problème pour l’enfant. Son développement personnel et physique n’en sera pas affecté. Peut-être l’apprentissage de l’écriture demandera-t-il simplement un peu plus de patience.

C’est plutôt l’ambidextrie qui peut poser problème. “Signe d’un retard de latéralisation, elle peut être inquiétante si elle persiste après cinq ans”, précise Geneviève Labes, psychomotricienne. Mieux vaut avoir recours aux conseils d’un psychomotricien qui saura déceler la main directrice de l’enfant.

 

Massé Sandrine

fonte

Visitado em 01/09/07

Gaucher ou droitier ?

Voici quelques petits exercices pour savoir si votre enfant est gaucher ou droitier. Ils vous aideront à repérer de quel côté votre enfant est en train de se latéraliser et surtout ne contrariez pas ses tendances naturelles ! (ce temps-là est révolu !)

 

Quelques petits tests …

  • Demandez lui de regarder dans une longue vue (tube en carton). L’oeil dominant est celui qui reste ouvert quand on demande de fermer un oeil.
  • Demandez-lui de croiser les bras, de mettre les poings fermés l’un au- dessus de l’autre: la main dominante passe au dessus de l’autre.
  • Observez-le dans des gestes précis comme ramasser une miette, placer un cube sur un autre, enfiler des perles …
  • Observez-le dans les gestes quotidien : la main avec laquelle il mange, se brosse les dents, se coiffe …
  • Demandez-lui de shooter dans un ballon, de sauter à cloche-pied : le pied dominant est choisit pour shooter ou pour sauter.
  • Vous pouvez aussi observer l’oreille qu’il tendra pour écouter le tic-tac d’un réveil

 

Il a choisi …

  • Si votre enfant a effectué tous ces exercices du même côté, il a de fortes chances d’être latéralisé ou en cours de latéralisation.
  • S’il a effectué certains exercices tantôt du côté droit, tantôt du côté gauche, refaites les tests ultérieurement car certains enfants ne seront latéralisées que plus tardivement.
  • Il se peut aussi que votre enfant soit droitier ou gaucher partiel ou bien encore ambidextre :
  • Votre enfant est droitier homogène : dans ce cas, il préfère se servir de sa main droite, shooter dans un ballon avec le pied droit et regarder dans une longue vue avec son oeil droit.
  • Votre enfant est gaucher homogène : main, pied et oeil gauche de préférence.
  • Votre enfant est droitier ou gaucher partiel : dans ce cas, votre enfant par exemple se sert de sa main gauche mais regarde avec son oeil droit (on ne retrouve plus une latéralité dominante aux trois niveaux : main, pied, oeil)
  • Votre enfant est ambidextre : il se sert indifféremment des deux côtés.

 

fonte

Visitado em 01/09/07

Être gaucher, c’est être différent. On nous évalue entre 10 et 15 % de la population. Qu’est-ce qu’être gaucher ? Rapide profil psychologique.

Définissons d’abord la latéralité (selon l’encyclopédie Encarta)

Latéralité, préférence dans l’utilisation de certains organes pairs, en particulier de la main droite ou de la main gauche.
Bien que tous les animaux aient une préférence pour l’une ou l’autre patte, seul l’Homme présente une préférence typique de l’espèce pour la main droite. Environ 75 % des individus sont droitiers de préférence, et environ 90 % sont uniquement droitiers. Parmi les 10 % restants, il existe un grand nombre de variations. Certains individus sont exclusivement gauchers, et d’autres, appelés ambidextres, sont gauchers pour certaines activités et droitiers pour d’autres.

Des études scientifiques faites pendant les années 1970 et au début des années 1980 supposent que les différences entre gauchers et droitiers dans la structure du cerveau peuvent être associées aux différentes fonctions telles que : capacités intellectuelles, adresse et, peut-être même personnalité. Pour la grande majorité des droitiers, la parole est contrôlée par l’hémisphère gauche du cerveau. L’hémisphère droit est généralement spécialisé dans la reconnaissance et la mémoire des visages, et dans la compréhension de certaines relations spatiales. Chez les gauchers, le schéma d’organisation du cerveau est plus flou. Chez environ 65 à 70 % des gauchers, la parole est contrôlée par l’hémisphère gauche, comme c’est le cas pour les droitiers, mais chez 30 à 35 % d’entre eux, elle est contrôlée par l’hémisphère droit. Chez certains, les deux hémisphères sont capables de commander la parole.

La préférence pour la main droite ou pour la main gauche est déterminée, en partie, génétiquement, mais cela n’exclut pas, par exemple, que deux parents droitiers puissent avoir un enfant gaucher, ou l’inverse. Le mécanisme exact par lequel les gènes affectent la latéralité n’est toujours pas connu. Un choc physique peut également jouer un rôle. Pendant l’accouchement, la région du cerveau contrôlant la main est parfois lésée, de sorte que l’enfant, qui aurait été droitier sans cette lésion, devient gaucher.

Les pressions sociales ont un effet considérable sur la latéralité manuelle. L’utilisation de la main gauche pour écrire a été critiquée, de sorte que seule une petite partie de la population écrit de la main gauche. Aujourd’hui, seulement 1 % de la population taiwanaise, par exemple, écrit de la main gauche, car la latéralité gauche est socialement condamnée dans ce pays. Ce n’est qu’au cours des dernières années que la société est devenue suffisamment tolérante vis-à-vis des différences entre les individus pour accepter la latéralité gauche comme une particularité sans importance, mais le terme “sinistre”, signifiant “mal”, signifie également “gauche”, et le terme “gauche” est également synonyme de maladresse. Bien entendu, les gauchers ne sont pas plus maladroits que les droitiers ; toutes les maladresses et les troubles psychologiques observés par le passé chez les gauchers peuvent très bien être attribués au fait que la société ne tolérait pas les gauchers, ce qui pouvait entraîner ces maladresses en troubles psychologiques.
“Latéralité”, Encyclopédie® Microsoft® Encarta 98. © 1993-1997 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

MON ANALYSE

Le fait de préférer l’usage de sa main gauche, longtemps considéré comme mauvais, est toujours perçu comme une différence. Néanmoins cette différence est aujourd’hui plutôt remarquée par les gauchers qui se reconnaissent d’une même ” communauté “, du moins pour la plupart. N’avez-vous jamais été ravi(e) d’apprendre que quelqu’un que vous côtoyez était gaucher ? D’ailleurs, j’ai personnellement très souvent remarqué une complicité immédiate entre gauchers. Est-ce par solidarité naturelle face au monopole droitier ?

A ce propos, il est bon de savoir qu’il y a moins de 35 ans, en France, on attachait encore la main gauche dans le dos de l’enfant qui ne voulait pas écrire de la main droite. Aujourd’hui encore on peut entendre des réflexions qui confirment le complexe de supériorité du droitier :

Au football, on parle d’un bon pied droit, mais d’une bonne patte gauche… (un commentateur, à ma grande joie, l’a souligné un jour durant un match)

En boxe, on dit une “fausse patte” …

Et cette fameuse expression : ” t’as 2 mains gauches ou quoi ? ”

Bien sûr les portes qui gauchissent (il paraît que ça se dit !), être gauche, etc…

Sans oublier nos anecdotes personnelles. Pour ma part, la plus marquante fut le jour de mon mariage où un oncle, au moment des signatures, s’est exclamé : ” tu t’es trompé de main ! “. Évidemment rien de méchant dans cette réflexion, ça m’a marqué, c’est tout !

Voici enfin les anecdotes ou réflexions des visiteurs de La Patte Gauche !

Merci beaucoup à celles et ceux qui m’ont fait part de leurs expériences de gauchères ou gauchers.

…depuis que les gauchers ne sont plus contrariés, il semblerait qu’il y en ait de plus en plus. Si bien qu’un jour peut-être, nous serons majoritaires!!

La seule chose qui m’a fait plaisir, c’est en faisant les magasins à Londres, les gens montent à gauche sur l’escalator.

…mon jeune frère gaucher est devenu droitier à force d’entendre son professeur dire :« Prenez votre crayon de la MAIN DROITE…»

Si à l’école, par exemple, un enfant gaucher se trouve à la droite d’un enfant droitier, quand ils écrivent leurs coudes se heurtent et ils se gênent mutuellement pour écrire. Evidemment… Allez savoir pourquoi c’est toujours le petit gaucher qui gêne le petit droitier et jamais l’inverse…

Un de mes regrets est de n’avoir jamais pu faire de partie de bras de fer avec les copains, pour impressionner les filles.

Petite je n’avais pas de ciseaux adaptés, j’allais voir ma maîtresse, et elle me traitait d’idiote (même si j’étais l’une des premières en classe!)

Quand j’ai commencé mon internat en chirurgie, je me servais des deux mains; mon Patron, agacé (les chirurgiens ont horreur de se sentir dépaysés par un aide dans leur propre champ opératoire!), m’a sommée de “choisir une main”; j’ai choisi la gauche, rien que pour l’embêter; finalement, quand nous refermions de larges incisions transversales, “chacun son côté”, il était ravi car la fermeture par surjet était bien symétrique! De plus, ça lui faisait un petit sujet de conversation quand il avait l’humeur badine (“elle a 2 mains gauches!”: air connu!).

J’ai commencé à écrire par la fin d’un cahier et d’écrire à l’envers

Ambidextre, ce sont surtout mes collègues qui sont surpris quand ils le découvrent. je suis infirmière, je “pique” de la main droite, ça ne les choque évidemment pas, mais quand je prends un crayon de la main gauche, ils me disent ” tu es gauchère toi ?” ça déroute un peu, gaucher passe encore, mais ambidextre !!!!

Fière d’être gauchère j’ai aussi le sentiment de ne pas être à ma place dans cette société conçue par et pour les droitiers: mon rêve, la création de l’ile des gauchers (cf alexandre jardin)

…j’ai remarqué que souvent les artistes et les gens intelligents sont gauchers !! 🙂

Tout petit les premiers mots que j’ai écrits ne pouvaient se lire qu’avec un miroir : toutes les lettres étaient à l’envers et je crois même que j’écrivais de droite à gauche.

…nos gestes de tous les jours, c’est “contre-nature” que nous devons les effectuer.

…la latéralité est selon moi un fait social intriguant, dans la mesure où la prédominance de sujets droitiers est assez mystérieuse. En effet, pourquoi ne sommes-nous pas naturellement ambidextres, afin de pouvoir profiter de nos attributs physiques du mieux possible, en fonction de la situation ? Les martiens sont-ils plus latéraux que nous ? Encore un dossier non classé pour Mulder et Scully …

Je débute souvent de nouveaux travaux par la main gauche et mes collègues de travail me le font remarquer car ils trouvent tout le matériel à l’envers

Je me rappelle de mon enfance, vers 5 ans on apprenait à faire ses lacets à l’école et moi je n’y arrivais pas car la maîtresse était droitière. C’est ma tante qui m’a appris à les faire car elle est ambidextre, toutes les autres personnes de ma famille sont droitières. Ma tante a plus de 40 ans et quand ele était petite on l’a forcée à écrire de la main droite à l’école. La semaine dernière, j’étais en vacances avec une autre tante, mon oncle et 2 de mes cousines. On a fait un bowling et quand j’ai joué, ma cousine m’a dit “tu te trompes de main”.

Ayant tellement eu l’habitude et l’obligation de m’adapter à l’utilisation de ma main droite, j’en ai même oublié qu’il y avait des choses que j’aurais aimé faire avec ma main gauche.

Dans ma famille sur 10 enfants, nous sommes 3 gauchers. mes parents sont droitiers et ne nous ont jamais interdit de nous servir de notre main gauche. Deux gauchères et un gaucher sur 10, c’est pas mal…

Ma belle-mère a dit à son petit neveu de 3 ans qui tenait son crayon de la main gauche : “écris donc normalement” ! eh oui, en 2003 !!

A 10 ou 12 ans, c’est beaucoup moins drôle lorsque le psychologue scolaire convoque d’urgence vos parents et que vous vous retrouvez soupçonné de toutes les déviations possibles. On vous regarde comme un malade parce que vous avez des problèmes (ce sont les autres qui le disent) de latéralisation. Récemment, un de mes élèves m’expliquait qu’il ne réussissait pas à l’école parce qu’il était gaucher !!! Pas à moi !

N’hésitez pas à m’envoyer vous aussi vos anecdotes à [email protected]

Fonte http://hiboo.free.fr/psy/psy.htm

Visitado em 09/06/07

Être gaucher, c’est être différent

Et si elle était gauchère

Gaucher ou droitier, à vrai dire, peu importe : il n’y a pas de mauvais ou de bon côté. L’essentiel est que votre enfant ait fermement choisi le sien vers 5 ans.

Voilà déjà plusieurs mois que votre tout-petit tient sa cuillère de la main gauche, shoote dans un ballon du pied gauche. Et s’il regarde dans le trou d’un rouleau de papier en guise de longue vue, c’est l’œil gauche qui a sa préférence. Auriez-vous un petit gaucher?

Quelques indications
Dans toutes les activités motrices qu’il entreprend, votre enfant engage systématiquement en premier le côté gauche de son corps (main, pied, œil). Après avoir testé alternativement les deux côtés depuis sa naissance pour trouver celui avec lequel il était le plus à l’aise et le plus adroit, il en a élu un, désormais dominant. Votre enfant semble d’ores et déjà bien « latéralisé », il sera probablement gaucher.

Chez d’autres enfants en revanche, ce processus de latéralisation sera beaucoup plus long et ne s’installera que vers 5 ou 6 ans. Jusqu’à cet âge-là, difficile de savoir s’il sera gaucher ou pas. A 5 ans en revanche, il est capable de tracer un trait vertical : il prend conscience qu’on peut séparer l’espace en deux, qu’il existe une partie gauche et une partie droite. Une acquisition qui l’aide à se décider une bonne fois pour toutes pour un côté ou l’autre.

C’est le cerveau qui décide
En fait, parler de « choix » est un peu abusif. Cette dominance est avant tout neurologique et inscrite dans le fonctionnement du cerveau. Chez les droitiers, c’est la moitié gauche du cerveau qui prédomine. Chez les gauchers, c’est un peu plus compliqué : il semblerait qu’il n’y ait pas d’hémisphère cérébral dominant et que les deux soient sollicités à égalité.

Conclusion : vous n’y pouvez pas grand-chose, c’est le cerveau qui décide ! Jusqu’à 5 ans, inutile donc d’intervenir. Il suffit de laisser à votre enfant le libre choix de sa main. Par exemple en posant la cuillère sur l’assiette et bien au milieu, le crayon au milieu de la feuille, etc. A lui de faire tranquillement ses essais !

L’heure du choix
En revanche, il est primordial que vers 5 ans – en tout cas avant l’entrée au CP – votre tout-petit ait fermement identifié le côté qui lui convient le mieux. Faute d’être bien latéralisé, il pourra rencontrer toute une série de difficultés. Il aura sans doute des problèmes d’orientation dans l’espace, peut-être aussi de maladresse.

Le plus ennuyeux concernera l’apprentissage de l’écriture et de la lecture. Comment s’orienter sur une feuille ou une page quand on ne se repère pas dans son corps ni dans l’espace ? Le petit élève ni gaucher ni droitier, ne sait pas vraiment où commence et finit une ligne, dans quel sens écrire sur son cahier.

Difficile dans ces conditions d’aborder un CP. Les raisons qui ont gêné la bonne installation de la latéralisation peuvent être très variées. Un enfant qui vit dans un monde où il ne côtoie exclusivement que des droitiers peut avoir tendance à les imiter, même s’il est lui-même gaucher neurologique. Peut-être aussi l’a-t-on contrarié et empêché d’exercer librement sa motricité ou tout au moins largement influencé…

Le coup de pouce
Allez voir un spécialiste. Si votre enfant de 5 ans continue de passer d’une main à l’autre pour dessiner ou manger, il a besoin d’un petit coup de pouce pour se décider ! Le mieux est de prendre rendez-vous avec un psychomotricien, afin de faire réaliser un bilan moteur.

Grâce à des tests très précis, ce spécialiste pourra vous indiquer le côté dominant chez votre enfant. Une rééducation pourra alors être envisagée. Aidez-le. A la maison, vous pouvez aussi encourager votre tout-petit à privilégier le côté diagnostiqué par le psychomotricien.

S’il a été repéré comme gaucher, tendez-lui les objets afin qu’il les saisisse de préférence de la main gauche. Inventez des jeux de ballon où la règle sera de ne se servir que du pied gauche. Ou encore des « Jacques a dit » qui auront pour objectif de l’aider à bien distinguer la partie gauche de son corps et la partie droite : « Jacques a dit : lève la main gauche, shoote avec le pied droit… »

Article rédigé par Isabelle Gravillon avec Christiane Pesci, psychomotricienne en crèche et centre de PMI.

Fonte http://www.enfant-magazine.com/education/index.jsp?docId=1510329&soustheme=30670

Visitado em 09/06/07

 

Est-on gaucher de père en fils ?

Est-on gaucher de père en fils ?

Est-ce génétique et héréditaire ?

On rencontre des familles entières de gauchers, même si parfois le phénomène saute une ou plusieurs générations. Ces cas familiaux ne sont pas fréquents, mais ils existent.

Exemple d’une famille à tendance gauchère :

Reine Victoria d’Angleterre
Roi George II d’Angleterre
Roi George VI d’Angleterre
Reine Elizabeth II d ‘Angleterre
Prince Charles d ‘Angleterre
Prince William, futur roi d’Angleterre

Ajoutons quelques chiffres à cette ” recette ” familiale :

de 10 à 17% d’enfants sont gauchers si un seul des parent l’est, 46% quand les deux parents le sont.

Sans vouloir être plus ” royaliste ” que le roi, le ” bon sens ” nous inciterait à penser que l’ hérédité joue un rôle dans la propagation de la gaucherie. Citons une boutade d’Alain Denirobert (créateur de ce site) ” être gaucher ce n’est pas héréditaire mais on l’est de père en fils “.

Pour suivre ce ” bon sens “, encore faudrait-il qu’il ne soit pas en totale contradiction avec la rigueur scientifique. Ce qui ne semble pas être le cas si on analyse ce qui suit :

Le rôle hormonal

L’influence hormonale est en partie à l’origine de la latéralisation cérébrale. Un taux élevé de testostérone incite le cerveau humain à s’organiser de façon asymétrique. Il favorise le développement de l’hémisphère droit, celui qui est dominant chez le gaucher. Cette stimulation concerne plus particulièrement les fonctions motrices. Cette hormone agit donc sur l’hémisphère droit pour en faire le lobe moteur dominant. A cet égard, il est classique de se référer aux travaux du professeur A.M Galaburda directeur du laboratoire de neuro-anatomie à l’hôpital Beth Israel de Boston.

Il montre, en 1987, qu’habituellement un cerveau humain est asymétrique dans ses structures. Il émet avec N. Geschwind, et avant confirmation par Simonds et Scheibel (1989), l’hypothèse que chez les gauchers l’hémisphère cérébral droit mature plus vite que le gauche et que ce processus se poursuit après la naissance.

Au final, il n’y aura pas concordance entre l’asymétrie fonctionnelle d’origine endocrine et la symétrie de structure anatomique qui caractérise le gaucher. Chez le gaucher cette asymétrie de structure n’est pas retrouvée. Elle est également moins marquée chez la femme. On pourrait donc trouver ce dernier fait contradictoire avec la thèse de Galaburda puisqu’en raison de son profil hormonal la femme devrait être à l’opposé des incitations émanant d’hormones mâles. Rien n’est très simple avec un cerveau humain.

C’est ainsi que les fonctions intuitives du gaucher restent, comme pour le droitier, dévolues au lobe droit. Il est probable que telle ou telle fonction latéralisée dans un lobe cérébral prédisposera à une latéralisation. Ces données peuvent expliquer les différents types de gauchers.

D’autre part, les flux hormonaux prénataux ne sont pas forcément reproduits ensuite. Rien n’indique que cette testostérone, hormone mâle par excellence, garde un taux élevé post-natal chez les gauchers pour déterminer chez eux un tempérament actif voire guerrier. Au contraire, le profil comportemental des gauchers semble être plus incitatif à la réceptivité qu’à l’agressivité.

Quoi qu’il en soit, faire appel à une origine hormonale n’exclut pas un facteur génétique dont elle dépendrait de toute façon.

Les arguments prénataux

– Anatomique : Lacreuse (1994) démontre la possibilité d’établir, dès la 29 ème semaine de gestation, la latéralité future de l’enfant à naître. Il se base sur les différences anatomiques cérébrales analogues à celles observées chez l’adulte. Lire aussi : ” L’Homme asymétrique ” d’Azéma 2003.

– gestuel : pour Hepper et al. 1998, 85% des fœtus semblent « droitiers » car ils bougent leur bras droit plus que leur gauche. Une autre étude nous dit que 8 % des fœtus sucent leur pouce gauche.

– la position fœtale : On a également invoqué la position fœtale in utero. C’est la même pour une majorité de fœtus. Ainsi, une oreille serait orientée vers l’intérieur et stimulée par les bruits internes de la mère, l’autre, orientée vers l’extérieur, serait stimulée par les sons ambiants.
Ce phénomène déterminerait le développement cérébral dans le sens ” droitier “.

Les jumeaux homozygotes

Deux jumeaux homozygotes présentent huit fois sur dix une latéralité opposée. Les chiffres varient selon les études publiées. (Travaux de Rif 1980). Ces jumeaux sont issus d’un même oeuf scindé en deux. Ils sont considérés comme identiques. Deux jumeaux homozygotes devraient donc être, soit tous les deux gauchers, soit tous les deux droitiers. Ce n’est pas le cas. Donc, la génétique déterminerait un type de cerveau certes, mais si celui-ci n’est pas fortement orienté, le facteur éducatif pourrait emporter la décision finale.

A moins que ce ne soit la position fœtale, évoquée ci-dessus, différente chez les 2 fœtus, qui expliquerait cette disparité. Organicité n’est pas synonyme de génétique.

Les lois de Mendel sur la répartition des caractères physiques hérités tout au cours d’une lignée généalogique, ne sont pas repérables dans une société qui fausse leur observation en contrariant les gauchers. En ce qui concerne donc la répartition des gauchers dans une population donnée, ces lois de Mendel seront peut-être mieux vérifiables à l’avenir ?…”

Conclusion : la tendance à engendrer une famille de gauchers trouverait sa force au-delà d’une simple incitation familiale.

LesGauchers Avril 2006

Visitado em 09/06/07

 

Définition d’une latéralité


Qui est gaucher
Le bon sens veut qu’être gaucher, c’est se
servir préférentiellement de la main gauche
pour la plupart des gestes usuels 


– Définition du Petit Larousse :
se dit d’une personne qui se sert ordinairement de la main gauche.

– Définition du Petit Robert : qui se sert de la main gauche pour effectuer certaines activités, en particulier l’écriture.

– Latéralisation  : processus physiologique qui aboutit à une latéralité.

– Latéralité : prévalence d’un côté du corps sur l’autre pour accomplir les actes moteurs et les fonctions perceptives (sensorielles, vue, ouie etc.). Elle est aussi cérébrale que mentale. Et nous allons voir qu’elle n’est pas homogène, elle peut être croisée d’un étage corporel à l’autre. Ce qui amène à concevoir plusieurs types de gauchers.

 

Le gaucher intégral

Les gauchers qui appartiennent à cette catégorie sont gauchers de la main, de tout le membre supérieur, du pied et de tout le membre inférieur, mais aussi de la tête, oeil, oreille.
Il s’agit d’une latéralisation intégrale, elle aurait pu se faire également à droite.

 

Le gaucher partiel

Parfois, seul un membre, inférieur ou supérieur, s’est bien latéralisé à gauche. Par exemple, on dit que Pelé, le footballeur, n’était gaucher que du pied. Et d’authentiques gauchers de la main s’aperçoivent à l’usage, que c’est tout de même leur pied droit qui est plus habile que le gauche.
45% de gauchers se connaissent un pied droit dominant… mais ils ne sont que 18% à déclarer shooter avec.

 

Le gaucher céphalique

Chez ce type de gaucher seule la tête est gauchère. Le diagnostic sera plus difficile et plus tardif à établir car le reste du corps est droitier, et donc les gestes courants et observables seront exécutés de la main droite.

 

L’oeil directeur : nous avons tous un oeil qui dirige le regard et dont on se sert pour viser. 43% des gauchers ont un oeil droit dominant… mais 25% seulement déclarent se servir de cet oeil dominant pour regarder dans une lunette ou dans un télescope…

 

fonte

Visitado em 18/04/08

De éd’une définition!

Si l’on trouve ça et là tant de tests de latéralité, c’est bien évidemment que la question n’a pas forcément une réponse aussi univoque qu’on voudrait. Il est certain que ce qui frappe souvent, tant est la force du tabou, c’est la main qui écrit (latéralité graphique, mais dans toutes les activités quotidiennes (éplucher, frotter une allumette, brosser un vêtement…) on peut utiliser l’une ou l’autre main, sans que cela soit connoté positivement ou négativement.

Pour tous ces actes ‘banalisés’ on parlera de latéralité d’usage, ou latéralité usuelle. Les recherches menées par Marguerite Auzias (ouvrage cité) montrent à quel point le comportement humain en la matière est sujet à des fluctuations, aussi bien au cours du temps qu’en fonctin des diverses activitiés proposées.

Ceci étant, ces études ont démontré que certaines éprueuves étaient plus ‘discriminantes’ ou révélatrices que d’autres. M. Auzias propose donc une épreuve réduite aux 10 items les plus fiables, étant entendu que d’autres items sont également riches d’enseignements’.

“Ces items sont les suivants : allumette, piquage, gommer, taping, se brosser, cirer chaussure, cuillère, transvaser, compte-gouttes et clochette”.

Il y a selon cette étude, une très forte corrélation entre la main ‘usuelle’ et la main ‘graphique’, même si cette correlation n’est pas totale.

Toutes les études montrent que le degré de latéralisation peut varier sur une échelle quasi-continue allant de la droiterie la plus complète jusqu’à une gaucherie totale, en passant par toutes les sortes d’ambidextrie. Sur ce même terrain, on pourra aller soi même remplir le questionnaire de latéralité à cette adresse: www.indiana.edu/~primate/forms/hand.html

fonte

Visitado em 09/06/07